NIETZSCHE ET SARTRE DANS LE THÉÂTRE MONGOL

Les médecins nous infligent des douleurs et nous donnent des pilules amères, afin que nous puissions continuer à vivre un peu plus longtemps et, espérons-le, mieux. Les philosophes sont comme des docteurs de l’esprit et de l’âme – ils nous font réfléchir sérieusement, afin que nous puissions vivre davantage, en pleine conscience, avec une perspective plus large sur le monde et sur nous-mêmes. Les symptômes et les maux des sociétés modernes peuvent différer de ceux que Friedrich Nietzsche (1844-1900) et Jean-Paul Sartre (1905-1980) ont vus de leur vivant, mais la pertinence de leur sagesse témoigne que nous pourrions avoir affaire aux mêmes problèmes dans des circonstances différentes. Des maladies comme la perte de soi, la mentalité de troupeau, la solitude, la cupidité, la foi aveugle, la vanité sont plus tangibles que jamais dans les sociétés du monde entier.

La Mongolie du XXIe siècle en fait partie. Nous plaçons l’image de Chinggis Khaan sur chaque bouteille, bâtiment et panneau d’affichage, mais jetons des ordures et crachons sur le terrain qu’il adorait. Nous gonflons notre ego en nous appelant «les descendants de Chinggis Khaan» tout en épuisant notre énergie et nos ressources avec de la vodka en son nom. Nous empruntons de l’argent à l’étranger et appelons cela des obligations Chinggis et Khubilai, tout en ignorant le fait que nos propres petits « khubilais » devront un jour rembourser le prêt. Nous avons grand besoin du remède que proposent les philosophes. À travers la culture que la philosophie instille dans la société, la philosophie aide à déraciner les mauvaises herbes proverbiales qui affectent l’esprit et obscurcissent notre avenir.

Avec cette image en arrière-plan, un événement qui donne à réfléchir est une série de pièces sur des thèmes philosophiques, dont deux ont été récemment présentées par un petit théâtre expérimental privé à Oulan-Bator. Avec les cent cinquante places pleines de spectateurs, le Blackbox Theatre a lancé la série avec une pièce d’Igor Tarasevich (1951- ), Как Говорил Заратустра (How Spoke Zarathustra, 2011) traduit en mongol de l’original par B.Bataa et mis en scène par J. Amarzaya. La tragi-comédie fantastique en un acte imagine comment Nietzsche aurait conçu l’idée d’Übermensch dans Ainsi parlait Zarathoustra : Un livre pour tous et pour aucun. Dans une clinique psychiatrique, Nietzsche hallucine et s’entretient de son état avec Louise Ott, Mathilde Trampedach, Richard et Cosima Wagner. À la fin de la pièce, la sœur de Nietzsche, Elisabeth, médecin et prêtre qui étaient tous sains d’esprit au début, est affectée par ses hallucinations. Tarasevich soutient qu’en déclarant “Dieu est mort”, Nietzsche s’est efforcé de réveiller les gens de leurs adorations superstitieuses des puissances supérieures et d’assumer la responsabilité de nos actions afin de donner un sens à nos vies.

La deuxième pièce était Huis Clos de Sartre (No Exit, 1944), traduite de l’anglais par B.Tsatsral et mise en scène par M.Boroldoi. Le classique existentialiste en un acte parle de trois protagonistes emprisonnés dans leur vie après la mort pour l’éternité dans une chambre vide avec trois chaises, une sculpture et un couteau. Ils se rendent compte que “l’enfer c’est les autres” et non un endroit chaud où le diable attend les damnés. Au fur et à mesure que la pièce se déroule, les trois personnages racontent l’histoire de leur vie et exposent qui ils sont vraiment aux deux autres. Chacun représente une faiblesse inéluctable d’un autre personnage qui les tourmente pour cela. Et ainsi, leur punition continue à l’infini. Sartre suggère que les êtres humains sont dotés du libre arbitre pour déterminer les actions qu’ils entreprennent dans la vie et sont par conséquent jugés par ceux qu’ils laissent derrière eux lorsqu’ils meurent.

Le théâtre en Mongolie a une base solide basée sur les traditions de la méthode d’action de Stanislavski. Il n’est donc pas surprenant que la compagnie Blackbox Theatre ait pu braver avec succès les territoires inexplorés du sujet abstrus de la philosophie de Nietzsche et Sartre en mongol. Il était évident que les acteurs et la compagnie ont consacré leur créativité, leur talent et leur bonne volonté à ces productions. Un public plein de Mongols jeunes et instruits a signalé qu’il existe une demande croissante pour des spectacles stimulants tels que les pièces mises en scène au Blackbox Theatre.

Dans la société mongole d’aujourd’hui, où le divertissement de masse populaire est le khoshin shog (parodies mises en scène de la vie contemporaine en Mongolie) ou les feuilletons télévisés, les séries de pièces philosophiques occupent une niche importante pour un autre type de public mongol. Les arts de la scène sont une forme d’art magnifique où des messages puissants peuvent être transmis par des moyens figuratifs avec des gestes, un langage et une intonation raffinés. La maîtrise de ces éléments distinguera un théâtre des imitations farfelues de la vie dans d’autres formes de divertissement. Le public mongol attend avec impatience la suite de la série de pièces philosophiques au printemps 2020.

Par Ariunaa Jargalsaikhan
Publié dans UB Post le 06 décembre 2019
Oulan-Bator

Share: